Les aliments contre le cancer – recommandation : LIMITER SA CONSOMMATION D’ALCOOL2019-02-03T15:25:39+00:00

LIMITER SA CONSOMMATION D’ALCOOL

Des preuves solides indiquent qu’une consommation excessive d’alcool augmente le risque d’apparition de plusieurs types de cancers, notamment le cancer colorectal et les cancers de la bouche, du foie de l’estomac et du sein. Il est recommandé aux femmes de limiter leur consommation à un verre par jour, aux hommes, de ne pas boire plus de deux verres par jour, et de ne pas boire tous les jours. À titre de référence, un verre correspond à 340 ml (12 oz) de bière, 140 ml (5 oz) de vin et 45 ml (1,5 oz) de spiritueux.

Qu’en est-il du vin rouge?

Le vin rouge est une boisson complexe qui contient des milliers de composés phytochimiques. L’un d’eux, le resvératrol, fait partie des molécules d’origine alimentaire pouvant avoir un effet simultanément sur plusieurs stades critiques de croissance du cancer, particulièrement le cancer du côlon. Toutefois, pour jouir des bienfaits du vin rouge, la clé demeure la modération, car l’alcool, lorsque consommé en grande quantité, a un effet extrêmement nocif sur les cellules et augmente considérablement le risque d’être atteint de cancer.

Bien s’hydrater pour sa santé

Bien s’hydrater ne signifie pas simplement d’éviter de boire de l’alcool en quantité excessive; cela signifie également de s’assurer de boire suffisamment d’eau tout au long de la journée. Il est important de ne pas attendre d’avoir soif, ce qui est habituellement un signe que vous souffrez déjà de déshydratation. La recommandation est habituellement de boire environ 1,5 l à 2 l par jour, et même plus si vous êtes une personne active physiquement, s’il fait chaud ou si vous allaitez, par exemple.

Il est également important de limiter sa consommation de boissons sucrées (qui sont essentiellement du bonbon liquide), car elles fournissent du sucre et des calories en grande quantité. À titre d’exemple, une canette de boisson gazeuse peut contenir jusqu’à 8 cuillères à thé de sucre, et ce nombre augmente considérablement avec les options grand format qui sont offertes.

Choisir de boire de l’eau plutôt que du jus et des boissons gazeuses peut certainement avoir un effet positif sur le maintien d’un poids santé – un facteur important dans la réduction du risque de développer un cancer. En fait, dans un rapport récent du Centre américain pour le contrôle et la prévention des maladies (CDC), il a été clairement démontré que 40 % des cas de cancer aux États-Unis en 2014 étaient directement associés à l’obésité.

Thé vert

La consommation régulière de thé vert a également un effet positif sur la réduction du risque de cancer. Une seule tasse de thé vert peut contenir jusqu’à près de 200 mg de polyphénols (flavonols, acides phénoliques, catéchines), dont l’épigallocatéchine gallate (EGCG), la principale molécule à l’origine des bienfaits pour la santé associés à cette boisson. Plus de 11000 études scientifiques ont démontré que l’EGCG est une molécule polyvalente capable d’interférer avec une multitude de processus utilisés par les cellules cancéreuses pour croître et envahir les organes. L’importance de ces nombreuses activités biologiques est bien illustrée par la diminution marquée du risque de plusieurs formes de cancer, particulièrement le cancer du côlon, associée à la consommation régulière de thé vert. Les thés verts japonais, plus riches en catéchines, sont la meilleure source d’EGCG, surtout quand les feuilles sont infusées pendant 8 minutes pour en extraire le maximum de molécules.

Lait

Selon le plus récent rapport du Fonds mondial de recherche contre le cancer, les résultats de nombreuses études indiquent que la consommation de lait peut aider à réduire le risque de cancer colorectal.

Bien que le mécanisme exact par lequel le calcium peut aider à réduire le risque de cancer colorectal ne soit pas clair, les chercheurs savent que le calcium lie les acides biliaires et les acides gras dans le tractus gastro-intestinal pour former des complexes insolubles appelés savons calciques. Cela réduit la capacité des acides (ou de leurs métabolites) à endommager les cellules de la paroi interne du côlon et stimule la prolifération cellulaire pour réparer le dommage.

Le guide alimentaire canadien recommande que les adultes de 19 à 50 ans consomment au moins 2 portions, et les adultes de 51 ans ou plus, 3 portions de lait ou de produits substituts (yogourt, boisson enrichie à base de soya), chaque jour.

  • Le resvératrol, que l’on retrouve dans le vin rouge, a un pouvoir anticancéreux puissant, mais la consommation excessive d’alcool peut avoir l’effet contraire. La modération est la clé!
  • Le fait de boire du thé vert régulièrement peut réduire votre risque de développer un cancer. Il contient de grandes quantités de catéchines, des molécules qui ont d’importantes propriétés anticancéreuses.
  • L’après-midi, avec votre collation santé, buvez du thé vert fraîchement infusé.
  • Diluez de moitié votre jus d’orange matinal avec de l’eau pour le rendre moins sucré.
  • Ajoutez du citron, du gingembre et des feuilles de menthe à votre eau pour un petit coup de fraîcheur énergisant.
  • Lorsque vous consommez du vin, buvez également un verre d’eau.
  • Doublez la quantité de lait (ou de boisson enrichie à base de soya) dans votre café.
  • Mélangez des fruits et du lait (ou de la boisson enrichie à base de soya) pour un smoothie rafraîchissant.
Retour à la section Les aliments contre le cancer

Références

Fonds Mondial de recherche contre le cancer. Diet, Nutrition, Physical Activity and Cancer: A Global Prospective. 2018. http://www.wcrf.org/
Richard Béliveau et Denis Gingras. Les aliments contre le cancer, la prévention du cancer par l’alimentation. Édition révisée, Les Éditions du Trécarré, Groupe Librex inc., 2016, 278 pages.
National Cancer Institute. « Alcohol and Cancer Risk». 2018. https://www.cancer.gov/about-cancer/causes-prevention/risk/alcohol/alcohol-fact-sheet
Huncharek M et al. «Colorectal cancer risk and dietary intake of calcium, vitamin D, and dairy products: a meta-analysis of 26,335 cases from 60 observational studies». Nutr Cancer 2009;61(1):47-69.